revue de presse



Planteurs volontaires : feu vert pour une opération à Seclin


Publié le

Par Marie-Catherine NICODÈME

Munis de bêches, ciseaux, d’une débroussailleuse thermique, des planteurs volontaires ont débarqué jeudi matin, à Seclin, dans un ancien chemin agricole, avec l’espoir, en le reboisant de 1 500 arbustes, de le réhabiliter.



Jeudi, quatre-vingts personnes ont nettoyé et planté sur les deux cents premiers mètres du chemin mille cinq cents arbustes.

Braver le froid pour planter des arbres, certains diront qu’ils sont givrés. Eux vous rétorqueront qu’ils sont engagés et passionnés de nature. Thierry Luisin, Alan Guillou et Cédric Macrez, fondateurs de l’association des Planteurs volontaires en 2013, avaient organisé, jeudi, une nouvelle opération de reboisement. Et avaient ciblé Seclin, en collaboration avec l’office de tourisme.

Un chemin délaissé par le public qui relie le fort de Seclin à la zone Unexpo (à hauteur des cheminées Philippe) qui a pourtant une histoire. « Il s’agit d’un très vieux chemin agricole qui servait de transit pour les personnes, les marchandises et qui a été engloutie par l’urbanisation » , explique Alan Guillou. Les Planteurs volontaires ont décidé de réhabiliter cet ancien chemin pour qu’il puisse être, de nouveau, emprunté.

Des essences locales

Ils ont d’abord cherché des financements, puis mobilisé des troupes. Des associations. Centres de formations. Des structures d’accueil... Autant de bonnes volontés qui ont accepté de retrousser leurs manches pour nettoyer 200 mètres du site. L’arborer d’essences locales. Principalement de noisetiers, noyers, d’arbres à fruits à coques pour que « dans 30 ans, les promeneurs puissent glaner », imagine Alan Guillou pendant que Benjamin, du CFA de l’institut de Genech, essaie de ne pas glisser sur les accotements. « Mais ça va, je m’attendais à ce que la terre soit plus dure à travailler », confie-t-il.

Un seul Seclinois...Braver les intempéries, « c’est toujours mieux que de travailler dans la grande distribution ». Le trentenaire a choisi la voie paysagère pour s’offrir un avenir meilleur. Comme lui, jeudi, près de 80 personnes auront planté 1 500 arbustes. Et un seul Seclinois a répondu à l’appel de l’office de tourisme, Marcel, 66 ans. « Je pense que le mauvais temps a rebuté pas mal de monde. » Peut-être est-ce la seule raison...


 


Quand les hôteliers plantent... des hôtels pour nos insectes à Gondecourt
Publié le 19/01/2015
PAR ISABELLE ELLENDER

La zone de maraîchage par l’insertion de Gondecourt est désormais ceinturée par une haie. L’opération a réuni l’Association des planteurs volontaires, des salariés de Novotel, la société Pur Projet, des jeunes d’un IME de Villeneuve d’Ascq, et bien sûr l’équipe de maraîchers. Objectif : préserverla biodiversité.